Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cris, la suite

Les Cris, la suite

Le blog du journal du lycée Jean Vilar VLA


Facebook, mon meilleur ami ?

Publié par Les Cris, la suite sur 16 Mars 2014, 09:51am

Marc Zuckerberg, jeune étudiant de 19 ans à la prestigieuse université d’Harvard, crée en 2004 un modeste site, The Facebook, pour rester en contact avec ses amis dans le campus. Depuis, en moins de dix ans, The Facebook est devenu l’entreprise internationale Facebook, qui a changé le quotidien de millions de personnes dans le monde, et qui vaut des milliards de dollars.

En juin 2004, Mark Zuckerberg installe le siège social de l’entreprise à Palo Alto en Californie et change le nom du site (The Facebook devient Facebook). Mack Zuckerberg introduit Facebook dans les lycées, puis dans des entreprises comme Microsoft et Apple.

Un succès mondial

La traduction du site commence en février 2008, d’abord en espagnol puis en français. Le 31 juillet 2011, Facebook est traduit en 78 langues. Le site se développe partout dans le monde. Ce réseau social favorise alors la liberté d’expression et accélère la diffusion des idées.

Mais pour son contenu jugé parfois trop libre, le site Facebook est interdit dans plusieurs pays comme en Chine, en Syrie ou encore en Iran.

De plus, il est interdit dans plusieurs entreprises pour éviter que des employés ne s’y connectent pendant leur temps de travail, mais peut-être aussi pour contrôler ce qui se dit sur l’entreprise.

Facebook, un gros business

Grâce à la création de page Facebook, certaines personnes ont pu sortir de l’ombre et se faire connaître. Des entreprises s’en servent d’ailleurs aujourd’hui pour lancer des projets ou bien, elles créent leur propre page Facebook pour faire de la publicité et ainsi attirer des clients (voir l’article sur l’anonymat sur le web).

Mark Zuckerberg, à 23 ans (en 2007) devient le plus jeune milliardaire au monde. Sa fortune est aujourd’hui estimée à presque 18 milliards de dollars. Facebook compte un peu plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde et serait le deuxième site le plus visité après Google.

Ce chiffre a beaucoup augmenté avec l’utilisation de Facebook dans les pays émergeants et avec le développement de l’application Facebook sur les téléphones portables. 600 millions d’utilisateurs accèdent à Facebook de leur mobile.

Facebook propose un service gratuit. Ses gains se font grâce aux publicités, maintenant visibles sur un bandeau à droite de l’écran d’ordinateur, lorsque l’on consulte une photo ou les « murs » des utilisateurs.

Par ailleurs, Facebook prévoit de créer un service destiné aux entreprises qui sera payant. De plus, on peut désormais offrir des petits cadeaux sur Facebook. Ce serait, d’après certains analystes, le début d’une plateforme d’e-commerce sur le réseau social.

Facebook a cependant fait une entrée ratée en bourse en mai 2012, l’action a perdu 40% de sa valeur et se trouve aujourd’hui cotée à moins de 20 dollars (soit une quinzaine d’euros). Néanmoins, Facebook vaut tout de même plus de 100 milliards de dollars !

L’envers du décor

Mais le succès de Facebook est aussi très contesté. Tout d’abord, si on lit bien les conditions d’utilisation, on se rend compte que toutes les données postées sur Facebook (photos, informations...) appartiennent dès lors à l’entreprise, stockées dans des énormes serveurs.

Facebook a aussi posé de nombreux problèmes à des adolescents qui ont organisé des soirées via Facebook et qui, en oubliant de cocher la case « privé », ont vu des milliers de personnes se rendre à leur fête. Les dégâts ont alors été considérables, avec des blessés et des arrestations.

Ensuite, cachés derrière leur écran, nombreux sont les utilisateurs qui, prenant soudain confiance en eux, en insultent ou en harcèlent d’autres. Mais cela peut virer au drame, avec parfois des conséquences qui peuvent aller jusqu’au suicide comme celui d’Amanda Todd, une lycéenne canadienne de 15 ans, en octobre 2012.

Puis, rien de plus simple que de se créer une nouvelle identité via Facebook. Une petite recherche de photos sur Internet et le tour est joué. Il existe aussi des pirates de Facebook, qui par des techniques très simples réussissent à « hacker » les comptes. Voilà comment certaines personnes réussissent à entrer en contact avec des enfants ou des adolescents et leur donner un rendez-vous en se faisant passer pour quelqu’un d’autre.

De plus, Facebook voit arriver un nouveau fléau : le vol d’identité. Certains utilisateurs créent exactement le même compte qu’un autre avec ses photos, ses informations, son nom pour se faire passer pour lui.

Enfin, Larry Rosen, psychologue américain à l’Université Dominguez Hills en Californie, a fait le lien entre la tendance à devenir narcissique, alcoolique ou encore à avoir des troubles mentaux et l’utilisation que l’on peut faire de Facebook.

On peut donc voir que malgré de nombreux avantages, Facebook reste un site dont il faut se méfier. A chacun de faire le choix de s’inscrire ou non !

R.L.

Article publié dans Les Cris n°2 (Février-Mars 2013)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents