Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cris, la suite

Les Cris, la suite

Le blog du journal du lycée Jean Vilar VLA


To be or not to be

Publié par Les Cris, la suite sur 28 Janvier 2016, 15:31pm

Catégories : #Le Café des Artistes

To be or not to be

"To be or not to be" ("Jeux dangereux") est une comédie sorti en 1942 du réalisateur américain Ernest LUBITSCH. Les principaux acteurs sont Carole Lombard, Jack Benny, Robert Stack, Sig Ruman.

SYNOPSIS :

En 1939, dans un théâtre de Varsovie, en Pologne, le lieutenant d'aviation Sobinski quitte tous les soirs sa place lorsque Joseph Tura commence à déclamer le monologue d'Hamlet « To be or not to be ». Il va rejoindre, dans sa loge, l'actrice Maria Tura dont il est amoureux. Mais la guerre éclate, les Allemands envahissent la Pologne et Sobinski est envoyé à Londres. De là-bas, il essaie de faire parvenir un message à Maria par l'intermédiaire du professeur Siletsky. Mais il découvre que ce dernier est un espion nazi en possession d'une liste contenant des informations importantes. Sobinski revient alors à Varsovie et se cache chez Maria Tura. Il va tenter d'intercepter cette liste avant qu'elle ne tombe entre les mains de la Gestapo. Parviendra-t-il à arrêter le professeur Siletsky avant qu'il ne soit trop tard ? Sobinski va entraîner toute la troupe de comédiens dans de périlleuses aventures...

LA CRITIQUE :

Sortie aux États-Unis en 1942, quelques mois après l’attaque de Pearl Harbor, cette comédie dresse un portrait satirique des nazis. C'est une œuvre engagée tout comme « Le Dictateur » de Charlie Chaplin en 1940. Considéré aujourd'hui comme un film référence, il fut pourtant très mal accueilli à l'époque car il dénonce la représentation du nazisme.

Le côté burlesque est présent tout au long du film. Les répétitions successives des acteurs provoquent le rire du public, notamment lorsque Joseph Tura, prononce la célèbre phrase « To be or not to be » et que le lieutenant Sobinski sort de la salle. L'expression « Heil Hitler » est répétée par tout le monde de façon incessante, ce qui la rend ridicule. Les spectateurs rient également lorsque l'acteur jouant Hitler répond « Heil moi-même ». Le jeu de portes est aussi très important, en particulier lorsque les personnages se concertent.

Ernst Lubitsch situe l'intrigue principale dans un théâtre et utilise ainsi le procédé de mise en abyme. Ce film est également une comédie de mœurs aux nombreux rebondissements et quiproquos dans laquelle on retrouve le triangle amoureux du mari, de la femme et de l'amant. En définitive, à travers cette œuvre, le réalisateur veut nous faire passer un message qui est de continuer à rire même face à la terreur.

Diane B., Audrey V.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents