Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cris, la suite

Les Cris, la suite

Le blog du journal du lycée Jean Vilar VLA


Dans la peau d’un schizophrène, comprendre et aider

Publié par Les Cris, la suite sur 12 Octobre 2016, 14:54pm

Catégories : #En savoir plus sur ...

La schizophrénie, qu’est-ce que c’est ? Les différentes représentations que nous nous faisons de la schizophrénie par l'intermédiaire des médias notamment (télévision, cinéma, etc..) sont très souvent erronées. Nous allons essayer de comprendre ce qu’est vraiment cette maladie et comment aider les personnes qui en souffrent.

La schizophrénie est une maladie mentale qui affecte la pensée, les sentiments, les émotions, les perceptions et les comportements des personnes qui en sont atteintes. L’intelligence proprement dite de la personne n’est pas touchée pourtant la schizophrénie occasionne des troubles de l’attention, de la mémoire, de l’apprentissage et du traitement des informations. Ces troubles apparaissent dès le début de la maladie. Une personne atteinte de schizophrénie va avoir du mal à établir un contact avec le monde extérieur. Elle va être prisonnière de sa maladie et va donc avoir tendance à se renfermer sur elle-même.

Une maladie qui se déclenche chez des personnes assez jeunes

Bien qu’à l’échelle mondiale, seulement 1% de la population est touchée par cette maladie, ce n’est pas une maladie rare. Elle survient la plupart du temps chez les jeunes à la fin de l’adolescence ou au début de la vie adulte.

La schizophrénie peut être sévère et persistante. Elle se manifeste par des phases aiguës de psychose, suivis de divers symptômes. La maladie peut être progressive ou apparaître soudainement.

La schizophrénie est reconnue comme étant la maladie mentale la plus gênante chez les jeunes. Elle touche autant les garçons que les filles sans distinction de couleurs, de cultures, de croyances ou de niveaux socio-économiques.

La schizophrénie n’est pas un dédoublement de la personnalité, la marque d’une faiblesse de caractère, causée par des parents irresponsables ni même la conséquence d’une expérience traumatisante. En effet, « la schizophrénie se caractérise par la transformation profonde et progressive de la personnalité qui cesse de construire son monde en communication avec autrui pour se perdre dans un chaos imaginaire » (Psychiatrie de l'adulte sous la direction de T.LEMPERIERE ET A. FELINE, édité en 1980).

Les émotions et les sensations ressenties par une personne atteinte de schizophrénie

La maladie se signale par trois syndromes : un syndrome de dissociation, un syndrome délirant et un syndrome de repli.

La personne atteinte de schizophrénie se retrouve à affronter seule la maladie car il peut être difficile pour l’entourage de concevoir la souffrance si elle n’est pas physique. Un malade a besoin de soutien, de tolérance et de l’appui de ses proches afin de combattre les différents symptômes qui peuvent être plus ou moins «négatifs».

La souffrance intense que ressent un malade ne peut être comprise par les personnes extérieures. L'enfermement, la solitude, la fatigue, tout cela intervient sur la santé physique de l'individu. On ne peut pas vraiment décrire la souffrance ressenti mais au travers de cette vidéo réalisée par un groupe de médecins qui traite de malades atteints de schizophrénie, on peut saisir une infime partie de la douleur des malades et de ce qu'ils vivent au quotidien.

La difficulté relationnelle croissante qu’a un malade peut rendre compliqué la consultation d’un spécialiste. Il est alors primordial d’essayer de faciliter un contact malade/médecin afin qu’il soit pris en charge le plus rapidement possible.

Comme pour toutes les maladies, la présence d’êtres proches et aimés est le premier facteur de la guérison. L’entourage doit pouvoir être là afin d’aider le malade à affronter tout cela, et surtout le soutenir.

Quelle est la place de la schizophrénie dans la culture populaire ?

Les individus atteints de schizophrénie sont très représentés dans la culture populaire, et surtout au cinéma. Que cela soit en tant que fantasme, comme au travers du personnage principal du film Fight Club (de David Fincher, sorti en 1999) ou au travers du Joker dans Dark Night de Christopher Nolan (2008), ou plutôt comme une personne dangereuse, comme au travers du personnage de Jack Torrance dans Shining de Stanley Kubrick (sorti en 1980) ou Norman Bates dans Psychose dans le film Alfred Hitchcock réalisé en 1960, cela reste toujours une personne marginale qui se nuit à lui-même ou à son entourage. La réalité de la situation des schizophrènes s’éloigne bien souvent de celle décrite pourtant par la fiction.

Sandrine F., Clémentine F. (article paru dans Les Cris n°16, mai-juin 2016)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents