Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cris, la suite

Les Cris, la suite

Le blog du journal du lycée Jean Vilar VLA


Des idées de libertés au XVIIIème s.

Publié par Arthur B.S., Rachel L. sur 12 Mai 2013, 09:47am

Catégories : #En savoir plus sur ...

A partir de 1689, date de la « Glorieuse Révolution » en Angleterre, la monarchie absolue en France ne cesse d’être remise en cause. Les lumières diffusent leurs idées de libertés auprès des élites bourgeoises. En Angleterre, la « Glorieuse révolution » et la mise en place de la monarchie parlementaire insuffle de nouvelles idées chez les philosophes des Lumières qui aspirent à une monarchie parlementaire. Enfin, l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique en 1783 et la rédaction de la constitution américaine en 1787 donnent aux futurs révolutionnaires français l’idée de la mise en place d’une monarchie constitutionnelle en France.

Le modèle politique anglais

En 1688-1689, en Angleterre, le roi Jacques II veut restaurer la monarchie absolue. Le peuple conteste et les Lords menés par Guillaume d’Orange prennent la tête de la révolte. Ainsi, le roi est écarté du pouvoir et un roi est désigné (Guillaume III). L’Angleterre renforce le caractère parlementaire de la monarchie en faisant accepter au roi le Bill of Rights (1689). Ainsi, l’Angleterre conserve la monarchie tout en limitant le pouvoir du roi. En France, cette « Glorieuse révolution » inspire aux Lumières l’idée d’une monarchie parlementaire en France à la place de la monarchie absolue.

D’abord, car les pouvoirs sont séparés : le roi détient le pouvoir exécutif, tandis que le pouvoir législatif est détenu par le Parlement (Chambre des Lords et des Communes) alors qu’en France le roi possède tous les pouvoirs. De plus, le fait que le roi d’Angleterre ne possède que le pouvoir exécutif empêche les abus de pouvoirs de la part de ce dernier. Il ne détient plus le pouvoir judiciaire donc les arrestations arbitraire par lettre de cachet sont impossible (elles sont très courantes en France à la même époque). De plus, les libertés individuelles en Angleterre sont protégées par le texte majeur de l’Habeas Corpus (1679) qui empêche d’être emprisonné sans jugement. Ensuite, les impôts ne peuvent être augmentés sans un vote du Parlement. Enfin, les travaux du britannique John Locke, théoricien des droits naturels, sont traduits en français dès 1700. C’est par ces points que le modèle politique anglais réussi à inspirer les idées des Lumières et à remettre en cause la monarchie absolue en France.

Les idées des Lumières

Les Lumières sont un mouvement philosophique français du XVIIIème siècle ayant pour but de défendre les droits « naturels » et les libertés fondamentales de l’Homme. Ils prônent aussi l’émancipation de l’homme de toute tutelle par l’usage de la raison. Le mouvement est incarné par des philosophes comme Montesquieu, Voltaire, Rousseau ou Diderot… et a un écho surtout auprès des élites bourgeoises. Ainsi, par le moyen de livres et de réunions dans les salons, les académies et les loges maçonniques, les Lumières diffusent leurs idées.

Voltaire écrit en 1734 les Lettres anglaises et en 1763 le Traité sur la tolérance, ouvrage dans lequel il montre son souhait de tolérance religieuse, contrairement au système de la monarchie absolue qui n’admet aucune autre croyance que le catholicisme. Rousseau, dans Du Contrat social (1762), expose l’idée d’une monarchie où le peuple pourrait participer à la vie politique de son pays selon le principe de la souveraineté populaire exposé par. De même, le Roi partagerait son pouvoir avec différentes assemblées. Rousseau dénonce aussi la pratique de l’esclavage (ainsi, plus tard sous la Ière république, l’esclavage sera aboli une première fois en 1792). Montesquieu, dans De l’Esprit des lois (1748), théorise l’idée de la séparation des pouvoirs, principe sans lequel il ne peut y avoir de libertés.

Enfin, Diderot et d’Alembert rassemblent toutes les connaissances de l’époque dans l’Encyclopédie (1751-1772). Celle-ci affirme sa foi dans le progrès et les idées des Lumières et constitue un moyen de les diffuser. Le mouvement des Lumières prend de l’ampleur et les idées vont inspirer plus tard la rédaction de Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789) et mise en place de la monarchie constitutionnelle en France à partir de 1790.

Le modèle politique américain

Avant 1776, l’Amérique du Nord était en partie colonisée par l’Angleterre. Mais, durant la guerre d’Indépendance (1776-1783) les 13 colonies se révoltent contre l’Angleterre. La Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 est inspirée par les idées des Lumières et l’on y retrouve l’affirmation des libertés individuelles et des droits naturels de l’homme. Le texte débute par la phrase : «Tous les Hommes sont créés égaux». Cependant, le texte a ses limites car, par exemple, l’esclavage n’est pas aboli.

A l’issue du conflit, pour lequel a participé le marquis de La Fayette, les colonies obtiennent leur indépendance en 1783 par la signature du traité de Paris et fondent les Etats-Unis d’Amérique. Les Etats-Unis sont une république, les pouvoirs sont organisés par une constitution et séparés. Le président (le premier est Georges Washington, chef des armées « insurgées »), comme le roi en Angleterre, dispose du pouvoir exécutif, à la différence près que celui-ci est élu par le peuple (le suffrage n’est toutefois pas universel). Le pouvoir législatif est détenu par le Congrès (dont chaque membre est élu). Ici aussi, l’idée de séparation des pouvoirs est reprise.

C’est en majeure partie grâce aux modèles anglais et américain qu’est instaurée en France la monarchie constitutionnelle (1790-1792) car l’idée de constitution est reprise. Surtout, la révolution américaine a un profond retentissement en Europe, en particulier en France, et motive la remise en cause de la monarchie absolue à partir de 1789.

Arthur B.-S., Rachel L.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents