Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cris, la suite

Les Cris, la suite

Le blog du journal du lycée Jean Vilar VLA


"On ne naît pas homme, on le devient" (Erasme)

Publié par Arthur B.-S. sur 30 Mars 2013, 09:17am

Catégories : #En savoir plus sur ...

La Renaissance (fin XVème-XVIème s.) est la période charnière située entre le Moyen-Age et l’époque moderne. Elle apporte avec elle de nombreux changements dans les modes de pensée et les arts. L’humanisme et la Renaissance artistique apparaissent en Italie et se diffusent un peu partout en Europe.

Les humanistes sont des hommes de lettres, des savants, des artistes qui placent l’Homme au "centre du monde" comme le fait Pic de la Mirandole. L’homme devient ainsi le sujet des réflexions. Il n’est plus perçu comme une création de dieu, mais comme LA création divine supérieure et doué de Raison. Le mouvement humaniste trouve ces racines dans la redécouverte du monde antique et des travaux des philosophes et savants grecs (Platon, Aristote, Pythagore…). Les humanistes glorifient cette période de l’Antiquité.

François Rabelais (1494-1553), médecin et écrivain humaniste, dit clairement dans un passage de Pantagruel (1532) que l’éducation des langues anciennes doit être effectuée afin de pouvoir étudier les textes des philosophes de l’Antiquité. Pantagruel doit apprendre les langues dont l’hébreu, le chaldéen et l’arabe ainsi que tout ce que connaît l’Homme à ce jour : le nom des plantes, des métaux, des poissons, des arbres….mais il doit aussi étudier la géométrie, l’arithmétique, l’astronomie, la musique afin que « rien ne (te) soit inconnu » et de mieux comprendre le monde qui l’entoure. Il doit également apprendre l’art de la « chevalerie et les armes », ce qui résume l’esprit de l’humanisme dans cette phrase : "Un esprit sain dans un corps sain". Gargantua voit son fils Pantagruel comme « un abîme de sciences » mais Rabelais prévient aussi que «science sans conscience n’est que ruine de l’âme».

La pensée humaniste se diffuse partout en Europe et ceci s’explique par plusieurs raisons : les Humanistes voyagent beaucoup, notamment Erasme, le « prince des humanistes », ils entretiennent entre eux une relation épistolaire au sein de la « République des lettres », ils enseignent dans les universités et diffusent leurs écrits (et leur mode de pensée) dans des livres grâce à l’imprimerie (vers 1450).

C’est durant cette période que vivent certains des plus grands artistes de la Renaissance : Léonard de Vinci mais aussi Raphaël, Donatello ou encore Michel-Ange. Ils sont « protégés » par des mécènes, des hommes riches qui accueillent des hommes de lettres et des artistes tout en finançant leurs travaux. Un des plus célèbres Mécènes est Laurent de Médicis de Florence (Laurent « le Magnifique ») car il s’entoure de nombreux humanistes et partagent leurs points de vue. Il organise des fêtes somptueuses, fait embellir sa ville et fait construire l’université de Pise car il privilégie l’éducation et la connaissance.

Léonard de Vinci (1452-1519) est un des plus importants personnages de la Renaissance Italienne : il a des connaissances en anatomie car il dissèque des cadavres. Il peint également mais en renouvelant les techniques : il utilise la perspective et le sfumato pour donner de la profondeur à ses œuvres. Il réalise des portraits (dont le plus célèbre est celui de La Joconde) dont les traits des personnages sont figurés avec précision et les sujets abordés ne sont plus uniquement religieux.

Raphaël (1483-1520) est également inspiré par le mouvement humaniste, c’est ainsi qu’il peint la fresque de « L’Ecole d’Athènes» dans la Chambre des signatures au Vatican. Cette œuvre accorde une place centrale à l’homme et aux connaissances : la réflexion centrée sur l’homme (et non plus sur Dieu) et la connaissance mène au progrès de l’humanité (et non plus la seule foi en Dieu). Les mouvements des mains des deux philosophes au centre expliquent les deux directions dominantes de la fresque et son sens. Selon Platon, la connaissance va de la réalité à la vérité. Selon Aristote, la vérité ne peut résider que dans la réalité.

A travers cette oeuvre, on se rend compte que les personnages, la langue et la culture grecque sont les fondements des connaissances et de l'inspiration des humanistes et des artistes. La philosophie (Socrate, Platon, Aristote), la géométrie (Euclide), l'astronomie (Ptolémée, Zoroastre), les mathématiques (Euclide) et la présence d’Averroès « passeur d’Aristote » en Occident sont représentés sur cette fresque de 5 mètres de haut sur 7 mètres de large.

Cette fresque glorifie le monde antique tel qu'on l'imaginait au XVIème siècle. Les plus grands philosophes de l'Antiquité sont représentés ainsi que par la volonté du peintre, les plus grands savants de tous les temps, sans crainte de l'anachronisme. Un des privilèges des peintres est de matérialiser les rêves et Raphaël a voulu représenter l'ensemble des savoirs. En quelque sorte, les artistes de la Renaissance représentés sur la fresque sous les traits de personnages de l'Antiquité (Léonard de Vinci, Bramante, Michel-Ange et Raphaël lui même) continuent l’oeuvre des savants de l’Antiquité.

Arthur B.-S.

L'Ecole d'Athènes (Raphaël, 1509-1510 puis 1512 Fresque, 440 x 770 Chambre de la Signature, Palais pontifical, Vatican)
L'Ecole d'Athènes (Raphaël, 1509-1510 puis 1512 Fresque, 440 x 770 Chambre de la Signature, Palais pontifical, Vatican)

L'Ecole d'Athènes (Raphaël, 1509-1510 puis 1512 Fresque, 440 x 770 Chambre de la Signature, Palais pontifical, Vatican)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents